L’alchimie amoureuse, la passion dans le couple…

couple conseil conjugal

« Promettez la métamorphose et vous obtiendrez la passion. »

 Tobie Nathan Docteur en psychologie et ès lettres et sciences humaines

 

La personne amoureuse

La personne amoureuse espère être métamorphosée à l’issue de ce processus amoureux. Est-ce le mythe alchimique de la transmutation ? Est-ce un processus de rencontre de deux énergies, une active masculine, l’autre passive féminine, l’union des contraires, le soleil et la lune, le feu et l’eau ? Est-ce que l’amour transforme le plomb en or ? Pour Jung, psychanalyste,   « il existait une philosophie alchimique, précurseur titubant de la psychologie la plus moderne. Le secret de cette philosophie alchimique – et sa clé ignorée pendant des siècles – c’est précisément le fait, l’existence de la fonction transcendante, de la métamorphose de la personnalité. »

Est-ce à dire qu’à travers la passion amoureuse l’individu traverse une étape de son évolution personnelle pour aller vers sa propre métamorphose ?

Eros, c’est la passion, la sexualité, la fusion, l’attachement, l’oubli, la dépendance, la destruction, cupidon, la mort, la pulsion. C’est l’amour dans la passion, dans  le banquet de Platon  la question « qu’est-ce que l’amour ? » est posée.  A l’origine, les hommes étaient androgynes, voulant devenir l’égal des dieux, Zeus coupa chacun d’eux en deux moitiés mais chacun recherchant l’unité originelle. Zeus dans sa mansuétude place les sexes de deux individus séparés de manière à ce qu’il puisse y avoir jouissance lorsque les deux se rencontrent. Est-ce  le désir et la recherche de ne faire qu’un ? Socrate nous dit alors que l’on désire, à travers la passion amoureuse, ce que l’on n’ a pas.

Alors Eros est la croyance que nous sommes incomplets. Il se joue l’idée de la dépendance dans le couple, la négation de qui je suis dans la fusion, l’individu demande à l’autre :  qui suis-je ? Je  l’aime donc je suis.  L’individu, à un instant de sa vie, se sent incomplet. Tout son être aspire à la complétude, il veut, en définitive, l’union de ses opposés, l’accord entre le moi et l’inconscient, pourtant, il recherche cette métamorphose à travers l’autre. Dans la fusion amoureuse, il y attraction afin que l’autre le comble.

Lorsque le couple traverse et termine cette période de lune de miel, l’alchimie peut-elle continuer à subsister ?

3115818341_1_9_ewFomqcC

La fusion est la négation de qui nous sommes. Cela engendre des angoisses. Et si l’on pouvait regarder le conflit dans le couple comme une opportunité pour chacun de devenir acteur de tout ce qui se vit dans le couple ? « Je peux répondre de ce que je suis, car j’ai le potentiel pour répondre aux situations que je suis amené à vivre. » Qu’est-ce que je fais de ce qui m’arrive ? Il ne s’agit pas de culpabiliser, mais de trouver la possibilité pour chacun, dans le couple, de devenir acteur dans la crise qu’il traverse, d’avoir une responsabilité active, que chacun se réapproprie sa part. Cela repose sur un travail, un parcours, une thérapie, afin d’éclairer la situation, d’accepter la perte de ce qui a été. Le couple aura-t-il le courage d’unir  la conjonction des contraires ? De créer son œuvre alchimique ? Le grand œuvre symboliquement n’est-il pas d’unifier le masculin ou le souffre et le féminin ou le mercure afin de faire naître le sel ?  L’invitation est que chacun retrouve en soi son anima ou animus, principes du masculin et du féminin, ainsi que son équilibre afin d’harmoniser son couple d’un point de vue philosophique et alchimique. Pouvons-nous alors interpréter  l’acte d’amour qui découle du processus du travail du couple par la naissance d’une vraie métamorphose ? Eros sert à aller sur le chemin de la création du couple, mais comprendre que nous sommes des êtres épiphytes (orchidées) c’est-à-dire que bébé, nous venons au monde avec notre placenta, nous venons avec notre potentiel, nous ne parasitons pas nos mères… Alors, nous pouvons abandonner l’idée de vouloir faire corps à tout prix avec l’autre, et le parasiter pour pouvoir atteindre la vision PHILAE de l’amour, vision de coopération, je me reconnais dans qui je suis, je te reconnais dans qui tu es. Le couple peut faire alors chemin ensemble et quitter le « microcosme amoureux ». Dans Eros, l’amour physique vient m’apporter l’illusion du sexe manquant, dans PHILAE je ne suis plus la moitié de l’autre, c’est la naissance de la  complétude de chacun dans le couple mais il ne faut pas tomber dans « la folie de narcisse ». Nous nous reconnaissons  dissemblables, alors  trouvons  un terrain d’entente.

Si cet article vous a aidé, partagez le !

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Sandrine Guilleray

Sandrine Guilleray

Conseillère conjugale et thérapeute analytique, mon objectif est d'accompagner les personnes et les couples dans les étapes douloureuses de leur vie.

Mes écrits susceptibles de vous intéresser

La crise dans le couple

La vie quotidienne rattrape le couple qui entre dans une nouvelle phase de son existence, exit la lune de miel. Pourtant,  le couple cherche encore et espère  garder les bénéfices de la période  précédente dans une tentative de s’éloigner d’une crise éventuelle. Faut-il sacrifier la construction réelle du couple au profit d’une vie de couple idéalisée ?

En savoir plus »
Fermer le menu

Vous pouvez m’appeler dès maintenant,

votre premier entretien téléphonique est gratuit

Tél. 06 12 62 42 43