équilibre couple

Une vie de couple harmonieuse : mythe, ou réalité ?

Où se situe l’harmonie dans le couple ? Est-ce arriver à « associer la vie conjugale à une vie personnelle ? »

La notion de couple, depuis maintenant un certain temps, a subi un grand chambardement, je devrais utiliser symboliquement l’expression de « remue-ménage ». Nous sommes passés de l’institution du mariage – et du couple qui se construit autour des enfants et des conventions sociales- a un besoin de trouver un équilibre personnel. La distribution des rôles dans le couple n’est plus pré-établie. A chacun son couple, à chacun son rôle !

L’être humain souhaite trouver le bonheur, il va vouloir une vie commune afin de se rassurer, vouloir se remplir de l’autre, vouloir se reconnaître et se rencontrer à travers l’autre.
Lorsque cette phase d’euphorie passe, il est nécessaire, comme diraient les stoïciens, d’ « espérer un peu moins » et d’ « aimer un peu plus. »
L’individu passe de l’aveuglement à plus de clairvoyance… L’étape fusionnelle de la lune de miel est terminée, le moment de déstabilisation de la relation est franchie.
C’est la sortie du processus inconscient de l’état amoureux qui maintenait l’individu dans la confusion et dans la projection. Ainsi, V. Megglé (dans son livre : « A chacun son film » chez Eyrolles, 2009) nous dit « ces projections mettent en cause notre fragilité, et le seul fait de le souligner accroît notre sensation de malaise. Les pointer directement renforcerait les mécanismes de défense et ajouterait à la confusion. »
Ainsi, passer à l’étape d’une recherche d’harmonie revient, comme nous le dit encore V. Megglé, « à cesser de prêter à l’autre nos désirs, nos craintes, nos sentiments, nous pouvons enfin établir avec lui une véritable communication, ou tout au moins l’envisager. »

Alors démarre une vraie relation, il est nécessaire de fuir les faux-semblants, les lâchetés, éviter de vivre dans le mensonge du couple idéal pour survivre dans la durée, franchir les étapes de la construction de la relation. L’harmonie est de trouver l’équilibre entre soi et l’autre, une cohérence, une entente, une justesse. Trouver l’harmonie dans une vie de couple c’est déjà être indépendant.
La dépendance nous renvoie au sujet qui aura déposé sur l’autre une trop grande partie de lui-même.
Winnicott (de la pédiatrie à la psychanalyse, chez sciences de l’homme Payot) nous dit qu’il est nécessaire que l’enfant soit « désillusionné » par sa mère, c’est primordial pour l’équilibre des relations à l’autre et au monde. Ainsi, « dès la naissance, par conséquent, l’être humain est en butte à la question de la relation en ce qui est perçu objectivement et ce qui est conçu subjectivement. L’enfant se situe entre la créativité primaire et la perception objective basée sur l’épreuve de la réalité. »
L’enfant qui a reçu de l’amour, a vécu des bons rapports avec les autres (son père et d’autres personnes), a, plus tard, la notion de respect de soi, il gagne son Indépendance, le sens de la réalité.

Comment obtenir l’harmonie dans le couple ?

L’harmonie c’est lutter contre la dépendance qui peut entraîner l’individu vers le besoin de culpabiliser l’autre s’il ne le reconnaît pas dans sa valeur, son « importance ». Il veut entraîner l’autre dans sa dépendance. Le couple peut se retrouver dans la manipulation, le contrôle ou l’un peut s’effacer par peur de la perte de l’objet, dans la soumission devant les désirs et le comportement de l’autre.
L’entente – j’ai même envie de parler de symétrie – dans la vie de couple est alors, de vouloir préserver son espace, savoir poser des limites, conserver du temps pour soi.
C’est pouvoir exister par soi-même. C’est, à posteriori, laisser l’autre être différent de notre idéal né dans la phase amoureuse débutante. C’est comprendre que l’autre a aussi le droit de se préserver.
Néanmoins, cette autonomie ne doit pas être une fuite mais une réalité. En effet, si ce besoin d’individualité devient isolement, nous pouvons parler de solitude dans le couple, il y a donc perte du lien. Ou encore de se croire totalement libre dans le couple, alors que la liberté de chacun s’arrête là où commence celle de l’autre.
L’autonomie est le respect de chacun sur son territoire intime. Si la notion de respect n’existe pas, le moi ne supporte plus, à plus ou moins long terme, cette privation de latitude.
Pour qu’il y ait harmonie il est nécessaire qu’il y ait un narcissisme positif. (A. Eiger) Dans le cas contraire, l’autonomie est un signe d’égoïsme et l’autre est méprisé. Le narcissisme a pour fonction de consolider le moi, il est le garant de l’estime de soi et de l’amour de soi. Ce sont des éléments essentiels pour pouvoir aimer l’autre tel qu’il est. Nous parlons ici de « maturité » affective. C’est une invitation à vivre l’intime, une reconnaissance de soi et, de ce fait, cela permet aussi de vivre un lien étroit à l’autre, un échange proche à deux, le foyer offre alors le cadre à cette intimité. Ce n’est pas une illusion fusionnelle, c’est une complicité, une entente, une collaboration. C’est le concept de collusion. Dans ce cadre inconscient qu’est la maison, se déroule l’échange véritable. Deux sujets influencent ce troisième élément couple. Cette relation de chacun va offrir l’équilibre, l’harmonie par le respect, par des intentions positives, par un espace de reconnaissance mutuelle, sans intrusion.

La vie de couple harmonieuse est vivante. Elle se retrouve dans le partage d’une vie sexuelle, qui est un investissement amoureux, pulsionnel, affectif,créatif, fantasmatique, partagé dans le respect de soi et de l’autre, dans la compréhension, l’écoute.
Il est intéressant d’accepter, dans ce processus de vie de couple, des régressions. S’il y a des dysfonctionnement, des conflits, cela peut être positif, et peut offrir au couple un effet régulateur. Chacun continue à évoluer par ses rencontres, ses compréhensions de soi, de l’autre et du monde qui l’entoure. Chacun rencontre des épreuves, des tensions, des joies. Des étapes sont franchies, parfois des conflits ou des régressions à un déroulement antérieur peuvent se produire pour plus de confort.
Cette intimité qui peut être source d’harmonie dans le couple est « le reflet du vrai self » dont parle Winnicott, c’est-à-dire un choix authentique, sans influence extérieure.
Je pourrais citer, comme influence, tout d’abord la relation à la mère, puis, la référence parentale et « la puissance des empreintes inconscientes », la société, la morale… Prendre conscience de cela c’est aussi évoluer vers plus d’autonomie dans le couple.

La fin de l’idéalisation marque le départ du vrai couple

Il y a plusieurs éléments qui s’inscrivent comme critères d’une vie de couple harmonieuse. L’essentiel serait de faire le deuil du lien amoureux idéalisé. Ce deuil va permettre un véritable départ, il est indispensable de garder une certaine lucidité sur soi, et, de comprendre la réalité de l’autre. L’harmonie découle aussi de tous ces efforts, ce travail de création peut exister par l’élan d’aimer. Nous avons toujours le choix de maintenir son engagement ou de démissionner, de choisir de renouveler son choix. La conscience de soi, l’identification de ses émotions jouent un rôle important dans l’intelligence ou l’harmonie de la vie à deux. Il est intéressant de pacifier son esprit afin de libérer l’autre de nos contraintes et inversement, de se libérer de l’emprise de l’autre. Tout cela peut se réaliser dans la communion, l’échange, la communication. Il est crucial de pouvoir livrer ses sentiments, ses émotions, ses états d’âme. Cette intimité nouvelle tisse un vrai lien, dans la maturité et l’indépendance, en équilibre entre écoute, dialogue et attention. C’est «  aimer l’autre pour ce qu’il est et non pour ce qu’il nous apporte ». En tant qu’être «  individué » nous pouvons nous apporter à nous-même.

Si cet article vous a aidé, partagez le !

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email
Sandrine Guilleray

Sandrine Guilleray

Conseillère conjugale et thérapeute analytique, mon objectif est d'accompagner les personnes et les couples dans les étapes douloureuses de leur vie.

Mes écrits susceptibles de vous intéresser

la fin du couple
Thérapie conjugale

La fin du couple

LE CONFLIT DANS LE COUPLE   Le conflit dans le couple apparait lorsque la crise n’a pas été bien gérée. La façon de réagir à

En savoir plus »
Fermer le menu

Vous pouvez m’appeler dès maintenant,

votre premier entretien téléphonique est gratuit

Tél. 06 12 62 42 43